Le Cervélo P5X : trois ans de développement (partie 2)

Qu'a-t-il fallu pour développer le vélo de triathlon ultime ? Dans ce deuxième extrait sur quatre provenant du magazine Intervals, David Killing, responsable de la conception, revient sur la création du cadre du P5X en fonction des besoins de chaque athlète.

 

Les athlètes ne veulent pas attacher leur nutrition à leurs vélos, et sacrifier l'aérodynamique pour l'hydratation, ou placer des kits sous leur selle. C'est simplement qu'il n'y avait pas d'autres options, jusqu'à maintenant.

Nos recherches de terrain ont révélé que la plupart des cyclistes ont deux ou trois bidons d'eau embarqués, et qu'il leur est important de pouvoir échanger facilement ces bidons cylindriques aux points de ravitaillement des parcours. Nous avons aussi appris que la moyenne d'un groupe transporte plus de 1 600 calories d'énergie, en gels, barres, pâte à mâcher, etc. durant la partie vélo d'un Ironman. Dans le même temps, il est devenu clair pour nous que les athlètes sont ajustent leur vélos à leur façon. La configuration la plus courante que nous avons identifiée était composée d'un sac bento derrière la potence, un sac derrière la selle, un bidon cylindrique sur le tube oblique et une bouteille aérodynamique entre les bras. Comment de cyclistes utilisent cette configuration ? Seulement 3,8 % ! C'est très peu. De toute évidence, un vélo avec trois emplacements accessibles pour bidons cylindriques, et de nombreux stockages modulaires personnalisables, rendrait vraiment heureux la majorité des athlètes.

Cette conclusion nous a conduit à effectuer une batterie de nouveaux tests. Dans un cas utile et mémorable, nous avons rempli le centre d'un P5 d'une une surface de montage plate, et en déplaçant les deux moitiés d'un bidon de part et d'autre de cette surface, nous avons pu trouver un domaine de conception pour le placement des bidons qui n'interférerait pas avec les jambes d'un athlète. Nous avons par ailleurs greffé une impression 3D de notre stockage intégré au cadre sur un autre P5 pour tester les vibrations, le bruit et la fiabilité du verrouillage. Il est rapidement devenu évident que la forme furtive du cadre du P5X serait influencée tant par les bidons et le stockage que par la rigidité, l'aérodynamique et le poids. Grâce aux activités de R&D structurelles, nous savions déjà que nous voulions laisser un accès pour un bidon cylindrique dans la zone du tube oblique. Cela nous a conduit à trois concepts de cadre :

  1. structure derrière le bidon
  2. structure à côté du bidon
  3. structure au-dessus du bidon

Avoir la structure du cadre autour du bidon posé latéralement fut un défi de fabrication, et a rendu le système trop large pour les jambes des cyclistes. Nous avons essayé quelques prototypes intéressants où le bidon se glisse à l'intérieur du cadre verticalement comme pour un porte-gobelet de voiture, et d'autres où il se glisse à l'horizontale comme pour une torpille. Tous ces essais ont abouti à un cadre trop large ou impliquaient des parois trop fines pour être assez rigides. Placer la structure principale du tube de selle derrière le bidon représentait un des meilleurs choix possibles pour la forme finale, car il offre un accès au bidon simplifié et familier. Mais nous sommes arrivés à quelque chose de mieux : en faisant courir le tube horizontal au-dessus du bidon, nous avons pu intégrer le Smartpak dans la jonction entre le tube horizontal et le tube de direction, exactement là où les athlètes le souhaitent. Cela a déclenché un effet domino sur la conception : l'espace vide situé devant la roue arrière pouvait ainsi être utilisé pour une pochette amovible, offrant un autre emplacement horizontal pour un bidon.

Notre designer industriel, Stuart Munro, compte à son actif plusieurs triathlons de distance olympique et Ironman, et a vu de lui-même à quel point les athlètes sacrifient volontiers le stockage. Combinant son expérience de course à nos observations de terrain et aux retours de commentaires des athlètes, il a développé un système de stockage modulaire qui couvre le plus large éventail possible des équipements de course tout en permettant aux athlètes d'ajuster leur configuration selon leur souhait. Prenez par exemple le Speedcase sur le tube oblique : il peut être rempli de vêtements et autres besoins pour un long parcours d'entraînement, puis retiré en vue d'un événement Ironman 70.3. De même, le Stealthbox placé dans le tube oblique apporte un espace pour les gros éléments comme par exemple un pneu tubulaire. Sans parler du Smartpak qui dispose d'un couvercle amovible pour un stockage complémentaire intégré au cadre, et donnant encore plus d'adaptabilité. Personnel ? Vérifié. Le meilleur ? Vous pouvez en être certain !