Existe-t-il une norme de comparaison de la robustesse des cadres ? Est-ce important ?

 

Vous n'aurez jamais conscience de la différence entre un cadre robuste et un cadre fragile, sauf pour le second cas, en cas de rupture.

Le vélo le moins cher que vous puissiez trouver subit des tests de sécurité imposés par le gouvernement. Est-il assez robuste pour votre pratique du cyclisme ? Considérant que notre ingénierie produit des vélos de haute performance, les exigences internes de Cervélo sont, a minima, 20 % supérieures aux normes du secteur. Notre test en chute libre est, par exemple, réalisé à une hauteur 150 % plus élevée. Notre test d'impact sur le tube de directionbe de direction est 87 % séupérieur et nous utilisons des axes pleins et un boîtier de pédalier offrant une résistance à la fatigue de plus de 2 millions de cycles (la norme est fixée à 100 000 cycles).

Se fixer de tels objectifs induit quelques défis majeurs en termes d'ingénierie. Chaque dépassement des seuils réglementaires est susceptible d'alourdir le poids du vélo en raison d'un matériau renforcé et nous cherchons constamment à renforcer la rigiidité et à réduire le poids. Cela nécessite un temps plus long de recherche et développement. Bien évidemment, cela fait partie du métier d'ingénieur. Améliorer les normes de robustesse des cadres Cervélo n'est pas un mince exploit et nous parvenons malgré tout à proposer les cadres les plus légers au monde.

Quelles conséquences pour vous en tant que cycliste ? En un mot : sécurité... et tranquillité d'esprit. Une partie de l'excitation de faire du vélo repose sur la capacité de rouler à grande vitesse avec aisance et en toute confiance.  Notre objectif consiste non seulement à améliorer la robustesse du cadre, mais aussi la confiance du cycliste. On ne va évidemment pas vous conseiller de vous acharner sur votre Cervélo à coups de marteau. Mais vous pouvez appuyer de toutes vos forces sur les pédales en sachant que vous ne pourrez en aucun cas endommager votre cadre.