Lisa Bentley : puiser dans ses ressources face aux difficultés

J'ai rencontré de nombreux jeunes athlètes qui, après avoir assisté à une épreuve d'Ironman, souhaitent affronter cette distance. Parfois, ces jeunes athlètes veulent aller trop vite. « Serait-il possible d'être prêt dans 3 mois ? » Je réponds alors : « Oui, c'est possible, mais tu vas manquer des étapes importantes du processus et le parcours d'Ironman est bien souvent plus agréable que la course en soi. »  Nous sommes toujours en route. Il s'agit d'un parcours semé d'embûches, de surprises et de remises au point. Est-ce que c'est ce qu'on souhaite ? Non. Cependant, la résistance, l'adaptation et les compétences de résolution de problèmes dont nous devons faire preuve affectent davantage votre résultat que votre tempo de course, à vélo ou à la nage. 

Il n'y a pas besoin d'une course pour s'entraîner, ni des Jeux olympiques, ni d'une épreuve d'Ironman ou d'un match de NBA. Faites du sport pour vous-même. Faites du sport pour développer vos compétences.  Faites du sport pour vous améliorer. Faites preuve de discipline et de calme. Ces compétences, aujourd'hui comme au cours des prochaines semaines, feront de vous un champion, que vous visiez la ligne d'arrivée ou non. Vous savez ce qui se passera la prochaine fois que la situation se compliquera durant votre course ? Vous pourrez tirer profit de cette crise et vous dire que finir une course de 10 km, une épreuve de 90 km à vélo ou la dernière demi-heure d'un marathon est bien plus facile que d'éduquer vos enfants à la maison, de dire au revoir à vos parents âgés depuis votre voiture ou de ne pas pouvoir rendre visite à un proche malade. Les forces que vous exploitez aujourd'hui feront de vous un meilleur athlète le jour de la course. Comme Peter Diamandis l'a dit un jour : « Il serait dommage de gaspiller un problème ». 

Tout d'abord, concentrez-vous sur ce qu'il est possible de faire ! En cas de blessure, on modifie l'entraînement en fonction de la douleur, et en cas de pandémie, il faut s'adapter aux règles de santé publique. Au début de la crise, nous devions tous rester chez nous. Nous avons pu voir l'apparition des marathons de salon et de balcon et les exercices de natation au sol. Tous ces exemples de « nouvelle norme » étaient des « victoires ». Ils prouvent que quand on veut, on peut. Fixez-vous des objectifs qu'il est possible d'atteindre chaque jour. Vous pouvez par exemple vous promettre d'être plus régulier, de consacrer un certain temps à votre entraînement, de rouler plus souvent ou plus loin ou peut-être de rouler ou de courir avec vos enfants. Oui, nous aimerions que nos « victoires » ressemblent plus à des lignes d'arrivée, mais avons toutefois le plaisir de pouvoir finir une session et la satisfaction de savoir qu'on a fait de son mieux et qu'on améliore ses compétences. Je parle souvent d'objectifs internes. Il s'agit des objectifs qui font partie du parcours, comme le fait de trouver le matériel optimal pour rouler. Accélérer jusqu'au sommet d'une pente. Trouver sa cadence de course et continuer à courir même quand son gros orteil est douloureux. Nager tout en veillant à la précision et la puissance de ses mouvements. Les objectifs externes sont des faits tels que : « Je vais parcourir 40 km en moins de 60 minutes. Je vais finir l'Ironman en moins de 12 heures. Je vais me qualifier pour le marathon de Boston. » Les objectifs externes dépendent du résultat et nous ne contrôlons souvent pas ce dernier car il varie en fonction des concurrents et des conditions.  Les objectifs internes sont axés sur le processus. Ils sont axés sur notre parcours. Pour l'instant, nous sommes limités aux objectifs internes. Ces derniers vous permettront d'atteindre vos objectifs externes à la reprise de la compétition. Pour le moment, concentrez-vous sur l'instant présent et cherchez à profiter au mieux de la situation. 

 

Qu'est-il donc possible de faire ?

Faites preuve de créativité. Voici quelques idées :

  • Au lieu d'aller courir pendant 60 minutes, suivez le programme suivant. Combinez votre activité aérobique avec des exercices de musculation (que la plupart des gens ignorent). En créant cette nouvelle situation, votre corps s'adaptera et s'améliorera.

    • Course d'échauffement de 15 minutes

    • Pause pour effectuer le circuit de musculation suivant

      • 30 squats sans résistance

      • 15 pompages

      • 10 burpees

      • 15 pompages

      • 20 squats sautés

      • 15 pompages

      • 10 fentes sur chaque jambe

    • Course de 15 minutes

    • Répéter le circuit de musculation

    • Course de 15 minutes

    • Répéter le circuit de musculation

    • Finir par une dernière course de 15 minutes

  • Il est possible de modifier le programme ci-dessus pour inclure n'importe quelle activité aérobique. Je l'effectue avec un rameur :

    • Ramer 2000 m

    • Pause pour effectuer 40 kettlebell swings, 12 squats avec haltères et soulevé, 12 soulevés d'haltères en planche

    • Retour au rameur, répéter 4 fois

    • Grâce à cette méthode, je parviens à ramer plus loin tout en intégrant des exercices que j'ignorais. De plus, ce programme m'a permis d'être plus forte à vélo. 

  • Planifiez des journées d'entraînement épique qui combinent tous les exercices que vous aimez :

    • Épique 1-1-1 - nager 1 h, rouler 1 h, courir 1 h ou paddleboard 1 h, rouler 1 h, marcher 1 h

    • « Covid-Man » - rédigez votre liste de tâches à accomplir avec des tâches simples. Il s'agit de petites choses que l'on ignore souvent. Ensuite, courez 1 mile par heure pendant 6 heures. Durant le reste de l'heure, après votre course de 1 mile, consacrez-vous à votre liste de tâches à accomplir. À la fin de l'heure, repartez pour un mile de course. Ensuite, penchez-vous à nouveau sur votre liste de tâches. Répétez pendant 6 heures. À la fin des 6 heures, vous aurez couru 6 miles et vous aurez accompli davantage que si vous vous étiez entièrement consacré à votre liste de tâches. En combinant exercices et vie quotidienne, on trouve un certain rythme et on exploite l'énergie de notre entraînement pour les corvées de tous les jours. 

  • Organisez des simulations de course

    • Répétez votre routine des jours de course, avec la nutrition et la visualisation de la course, et organisez votre propre événement. Rassemblez quelques amis afin de pouvoir participer ensemble. Vous apprendrez à trouver votre rythme et votre énergie. Cela vous motivera aussi à reprendre l'entraînement afin d'appliquer vos nouvelles connaissances. J'ai organisé plusieurs simulations pour les athlètes que j'entraîne. Je ne conseille pas d'opter pour la distance réelle mais plutôt pour une version plus courte afin de pouvoir se donner à fond et repousser ses limites. Ce que je préfère pour les athlètes d'Ironman 70.3, c'est une sortie à vélo difficile de 60 km suivie de 15 km à pied (par rapport à 90 km à vélo et 21 km à pied). J'ai des athlètes qui font 10 km à pied, 60 km à vélo et 10 km à pied pour développer leur course à pied tandis que d'autres se concentrent sur la vitesse avec 20 km à vélo et 5 km à pied. Il s'agit de l'opportunité idéale d'ajuster son rythme, sa puissance, sa cadence et son alimentation. Ces simulations permettent aussi surtout d'accomplir quelque chose et d'être satisfait.

  • Créez des journées d'aventure 

    • Je me souviens que durant certaines courses, j'apercevais des sentiers en gravier sur le côté et j'avais envie de les suivre. Il est désormais temps de partir à l'exploration. J'adore enfourcher mon Cervelo C5 et emprunter les petits chemins. Il m'arrive souvent de rouler sur route et d'aller soudain explorer un chemin non pavé. Mon aventure préférée, c'est d'aller rouler avec mon maillot de bain et mes lunettes, d'emprunter les routes et chemins de terre jusqu'à la carrière de Caledon et de piquer une petite tête avant de rentrer à vélo. Je suis alors comblée, pas pour le rythme cardiaque ou la puissance que j'ai atteint, mais parce que j'ai pu pratiquer mes deux passions, le vélo et la natation, sans avoir besoin de ma voiture ! C'est déjà une victoire.

  • Invitez d'autres personnes à participer à votre sport

    • Vous êtes un modèle pour vos proches. Prenez le temps d'inclure d'autres personnes à votre entraînement. Il peut s'agir d'un nouveau partenaire d'entraînement ou d'une personne qui vous soutien lors de vos aventures ou vos simulations de course. Impliquez vos enfants. Suivez votre circuit de musculation avec vos enfants. Ils peuvent sauter en étoile ou sauter à la corde, etc. Invitez vos enfants à vous accompagner à vélo lorsque vous courez, ils pourront ainsi vous encourager. Le partage est l'une des facettes les plus épanouissantes du sport.  

  • Dressez la liste de vos atouts

    • Sachez que certaines étapes seront difficiles pour vous. Vous aurez des journées difficiles. Ces jours-là, je vous conseille prendre le temps de dresser la liste de vos atouts. Indiquez tous vos points positifs. Par exemple :

      • Je suis en bonne santé.

      • Ma famille est en bonne santé. 

      • J'écoute attentivement.

      • J'arrive bien à résoudre les problèmes.

      • Je n'ai jamais abandonné un entraînement.

      • Je suis entourée d'une super équipe.

      • J'ai un excellent entraîneur. 

    • Continuez à ajouter chaque point. Il s'agit de votre CV personnel. Vous remarquerez ainsi que vous avez bien plus de chance que vous ne le pensiez. Observez à nouveau cette liste et sachez que vous surmonterez toutes les épreuves inattendues.

    • Terminez votre journée difficile en ajoutant vos « victoires » du jour à la liste, ainsi que trois choses pour lesquelles vous êtes reconnaissant. Ces victoires peuvent être simples, comme « j'ai préparé un excellent repas. J'ai sorti les chiens 3 fois. J'ai roulé 45 minutes à vélo alors que je n'en avais pas envie. » 

    • Voici certaines des victoires que j'ai découvertes ces derniers mois :

      • plus de 50 km de sentiers/pistes cyclables ont été créés à Toronto afin de promouvoir le sport et favoriser la distanciation. Il faut les préserver ! 

      • moins de circulation 

      • plus de personnes qui cuisinent à la maison = moins de repas malsains = moins de maladies du cœur

      • revisiter mes objectifs professionnels et personnels - qu'est-ce qui compte réellement à mes yeux ?

      • être reconnaissante pour mes amis et ma famille 

      • se rendre compte que la remise des diplômes est importante, que le travail des enseignants est difficile, que les travailleurs du secteur des soins méritent bien leur salaire, que les employés des grandes surfaces et autres travailleurs « faciles à ignorer » sont tout aussi importants que les diplômés de Harvard et que le sport rapproche les gens, les fans, les athlètes et les pays 

      • cette période est une opportunité de réfléchir, d'apprendre, de grandir, de développer des nouvelles habitudes et de changer.


Choisissez d'exploiter ce parcours au maximum. Ce parcours ne se termine pas par une ligne d'arrivée, c'est un parcours de résistance, d'adaptation et de résolution de problèmes. Ces trois compétences vous permettront d'être au top à la reprise de la compétition.   

J'adore cette citation de Mickey Mantle : « Durant mes 18 ans de carrière, j'ai été 10 000 fois au marbre. J'ai été retiré environ 1 700 fois et on m'a accordé la base sans balle 1 800 fois peut-être. Un joueur se présente environ 500 fois au marbre par saison. Cela signifie que j'ai joué sept saisons sans jamais frapper la balle. »

Nous allons à nouveau frapper la balle. Pour l'instant, continuons à nous entraîner, nous améliorer et aller au marbre. Notre progrès n'a aucune limite !


Lisa Bentley

Athlète Cervélo depuis 1999 

Vélo préféré - Cervélo P5 à disque

Entraîneuse, oratrice, auteur de An Unlikely Champion

www.lisabentley.com

@lisa_bentley123

@lisabentley