Susie Cheetham

Susie Cheetham

Susie est une spécialiste de l'Ironman et du 70.3 originaire d'Angleterre. Elle a commencé à s'intéresser au triathlon en accompagnant son mari qui s'entraînait pour l'Ironman. Elle le battait à vélo et étant une coureuse à pied de haut niveau, le triathlon s'est imposé à elle de manière naturelle.
Lors de sa première course (Ironman 70.3 à Anvers en 2011), Susie a terminé à la sixième place du classement toutes catégories confondues. Un an plus tard, dans la même compétition, mais cette fois-ci en tant que professionnelle, elle remportait son premier podium. C'est ainsi qu'a débuté sa succession de podiums en 70.3 et sur les courses longue distance. Susie s'est classée deux fois de suite à la sixième place du classement général des Championnats du londe d'Ironman et elle confie que l'objectif, c'est désormais Kona : « Je pense qu'un podium est envisageable et ce qui m'anime. Quand je souffre à l'entraînement, c'est ce à quoi je m'accroche. »

 

Quel est l'accomplissement sportif dont tu es le plus fier ?

Probablement ma première course à Kona. Tout était tellement nouveau, je me suis un peu sentie comme un lapin pris dans les phares d'une voiture. J'y suis allée sans rien attendre et j'ai terminé 6e, bien au-delà de ce que les gens attendaient de moi.

Quel est l'accomplissement dont tu es le plus fier en dehors du sport ?

Après mes études, j'ai passé un an dans l'armée britannique en tant qu'officier. Cela a été une expérience incroyable qui m'a beaucoup apporté. La discipline que j'ai apprise au cours de cette année m'est utile aujourd'hui dans ma carrière d'athlète.

Qu'est-ce que vous aimez le plus dans le cyclisme ?

Les nouveaux lieux que le cyclisme m'a permis de découvrir. Je me rends dans un petit village grec, Molyvos, depuis que je suis enfant, mais depuis que je fais du cyclisme, j'emmène mon vélo et j'ai pu découvrir tellement de nouveaux lieux. Les petits villages et les populations des montagnes sont incroyables et je n'aurais jamais pu les découvrir sans mon vélo !

Selon vous, quel est l'élément le plus difficile du cyclisme ?

 L'entretien du vélo ! J'ai eu de la chance et je suis vraiment gâtée, car mon mari s'occupe de mes vélos, mais il y a toujours un stress de ne rien connaître au niveau de l'entretien. Depuis que j'utilise le P5X, ce stress s'est réduit car c'est un vélo facile à apprivoiser et à transporter.

Quel est ton vélo Cervélo préféré ?

Le P5X. Il est tellement rapide. Je n'étais jamais montée sur un vélo comme celui-là. Il est tellement modulable que je peux bénéficier réellement d'une position aérodynamique. Il n'existe pas beaucoup de vélos qui me permettent de reproduire ma posture, car peu d'entre eux sont aussi modulables que le P5X. J'adore aussi le P2X car ça a été mon vrai premier vélo au début du triathlon. J'ai gagné ma première course en professionnel sur ce vélo et je l'utilise encore à l'entraînement !